Le site de référence de l'astrologie et de la mode











Le Poche du Samedi ! Sur la table de chevet de la Balance


Couv_Le club Jane Austen_Karen Joy FOWLER

Karen Joy Fowler, Le Club Jane Austen, 10/18, 360 pages, 7,50 €

Le Pitch

A l’aube de ce nouveau siècle, un club littéraire composé de 5 femmes et 1 homme, se réunit une fois par mois pour échanger sur l’oeuvre de Jane Austen. A tour de rôle, chacun choisit son livre préféré et invite ses camarades autour d’une collation pour disserter sur les histoires d’amour  imaginées par la romancière anglaise. Pas de panique,  vous n’avez pas à faire à un colloque d’érudits et de doctorants en littérature anglaise, mais à un club de femmes et d’un homme ordinaires qui parlent plus de leur propre vie amoureuse et familiale, que du contenu stricto sensu des livres de Jane Austen. Conçu comme un roman choral, le romantisme de la Balance experte es mariage et relations amoureuse, est comblé par ces chassés croisés amoureux, ces pleurs sur l’oreiller, ces regrets et autres happy end inattendus avec en toile de fond une Californie caniculaire bien loin des clichés hollywoodien, formidablement humaine et touchante.

Les symboliques Balance

Signe vénusien par excellence, liée analogiquement à la maison 7 du Zodiaque symbole de mariage, d’engagement et de couple, la Balance a toujours eu un faible pour les histoires d’amour signées Jane Austen, une auteure morte  jeune, sans mari et sans enfants, le comble du malheur pour elle. La thématique de ce roman mêlant l’ amour de la littérature avec la vie quotidienne d’une troupe d’admirateurs, incarne à merveille le goût pour l’échange, pour la conversation amoureuse et amicale de la Balance. Elle aime refaire le monde de ses amours, entrer dans l’intimité  d’une amie ou d’une inconnue, percer le secret des coeurs déçus pour mieux  les réconforter, jouer les entremetteuses, les demoiselles d’honneur, les grandes amoureuses. Dans un décor ordinaire mais twistés par les intrigues à peine dévoilées de la grande dame des lettres anglaises, ce tableau intime dépeint par petites touches les histoires d’amour de ces 5 femmes épaulées par un point de vue masculin plus que bienvenu.

L’extrait tellement Balance

« Brun, soigné, Grigg, semblait avoir dépassé depuis peu la quarantaine. La première chose qu’on remarquait chez lui, c’étaient ses cils, épais et très longs. Nous avons imaginé une ribambelle de tantes passant leur vie à regretter que de tels cils soient gaspillés sur un visage de garçon. Nous connaissions Jocelyn depuis assez longtemps pour nous demander à qui Grigg était distiné. Grigg était trop jeune pour certaines d’entre nous, trop vieux pour les autres. Son entrée dans le club nous laissait perplexes. Celles d’entre nous qui connaissaient Jocelyn depuis longtemps avaient survécu à de multiples arrangements. Lorsqu’elles étaient encore au lycée, elle avait présenté Sylvia au garçon qui allait devenir son mari, elle avait été leur demoiselle d’honneur lors du mariage trois ans après le bac.  » (….)  » Le visage de Prudie ne passait pas inaperçu, les yeux profondément enfoncés, la peau blanche, les joues creusés. Une petite bouche et des lèvres qui disparaissaient presque lorsqu’elle souriat, comme le chat du Cheshire, mais en sens inverse. Elle enseignant le français au lycée et elle était la seule d’entre nous à être actuellement mariée, à moins de compter Sylvia, qui bientôt ne le serait plus. Ou peut-être Grigg – pour lui on ne le savait pas -, mais pourquoi Jocelyn l’aurait-elle invité  s’il était marié ? Aucune ne savait qui était la Jane Austen de Grigg »

La Balance a aimé, ils vont aimer aussi

Le Gémeaux, pour l’amour des Lettres

Ce roman choral, où la littérature est un prétexte pour se tenir compagnie, échanger, discuter à n’en plus finir, incarne le comble du bonheur pour un Gémeaux. Grand lecteur, amoureux des joutes verbales et des grands commentaires, curieux des petites histoires intimes où l’on entre par effraction, le Gémeaux ne peut que dévorer en quelques heures cette petite pépite de finesse et d’ humour.

Le Capricorne, pour le portrait réaliste et sans fard de la difficulté d’aimer

Parce que ce grand réservé a bien du mal à exprimer ses sentiments et à basculer sans réticence dans l’expérience, parfois risquée du grand amour, il va aimer naviguer dans ses récits divers et variés, mettant en scène des rencontres amoureuses, des  séparations, des déceptions mais aussi des réconciliations inespérées. Tout ces chapitres inspirés par la lecture d’un roman de Jane Austen, sont autant de leçons et de témoignages, qui peuvent aider un Capricorne en mal d’amour ou de confiance.