Le site de référence de l'astrologie et de la mode











Le Poche du Samedi ! Sur la table de chevet du Poisson


product_9782070792290_195x320

M/T et l’histoire des merveilles de la fôret, Kenzaburô Oé, Folio 448 pages, 8,20 €

Le Pitch

Il était une fois un village perdu au fond d’une vallée sur l’île de Shikoku dans l’archipel Japonnais. Un village oublié, ou plutôt farouchement défendu des regards extérieurs, fondé par des fuyards, des bannis d’une cour moyen-âgeuse, un village où les femmes sont des filles de pirates, où les vieillards se gigantifient, où les rivières engloutissent des armées, où les anciens montent au ciel par un sentier lumineux au clair de lune. Ce texte magnifique est écrit par Kenzaburô Oé, prix Nobel de littérature  1994. Il nous raconte l’histoire de son village, ses légendes, ses fondateurs mythiques, ses contes transmis de générations en générations. Lui, il les a recueillis auprès de sa grand-mère. Ou plutôt assimilés de force, car la mamie ne rigolait pas avec ses vieilles légendes. Quasiment séquestré dans la chambre de son aïeule, pendant toute sa petite enfance, il a écouté et retenu toutes ces histoires. Ce récit nimbé d’onirisme et de merveilleux, nous prend par la main pour nous conduire sur un chemin tortueux, incertain, où le marqueur temps s’évapore, où l’on perd totalement ses repères. Un sentiment merveilleusement Poisson, où tout est possible, où la réalité n’a pas de prise sur la légende, sur le conte, sur l’imaginaire. Tout se mélange, passé, présent, histoire et temps mythique. Lecteurs Poisson ou pas, laissez-vous emporter sans vous poser de questions, accueillez ces histoires avec délicatesse sans jugement, juste pour le plaisir du merveilleux et de l’enchantement. So Poisson !

La Symbolique Poisson

Dernier signe du Zodiaque, le Poisson est la croisée des chemins, entre la fin d’un cycle et le début d’un autre. Cette position de transition, entre vie et mort, entre passé et futur mais qui n’est pas tout fait le présent, incarne toute la symbolique du Poisson. Il n’est jamais totalement présent, toujours entre deux mondes. Il traverse ces mondes, tantôt dans l’imaginaire, tantôt dans la vie réelle. Ce petit garçon réceptacle obéissant et fasciné des histoires racontées par sa grand-mère, est ce pont entre un passé mythique et un présent encore riche de ces traces anciennes. Il délivre par petites touches cette histoire, tantôt comme une épopée, tantôt comme un conte, tantôt comme un témoignage. On se sait plus trop où l’on est, à quelle époque situe l’histoire, si cela relève de l’histoire ou de la légende, mais tout cela n’a aucune importance car le Poisson n’en a que faire, pourvu qu’il puisse trouver l’évasion via le tapis volant de son imaginaire.

Les Extraits tellement Poisson !

« Ils découvraient ce spectacle au clair de lune. C’était une marche merveilleuse : le cortège, qui avait pris naissance sur le chemin dallé près de la fontaine, alors qu’il arrivait de l’autre extrémité qui se perdait dans le clair de lune, venait de repartir, on ne sait trop comment, du même point de départ. Au fur et à mesure qu’ils marchaient de cette manière, recommençant le même manège, les pieds des fondateurs semblaient flotter, peu à peu, au -dessus, du « chemin des morts » nimbé d’une vague lueur lunaire. Au bout d’on ne sait quelle reprise, le cortège des fondateurs, le « destructeur » en tête montait vers le ciel voilé d’une blanche brume étincelante, en suivant une pente douce »

ou

 » Ce que les survivants trouvaient splendide, c’était l’autre façon de disparaître. Les frêles vieillards dont l’apparence corporelle s’était raréfiée et dont le contour s’estompait, au moment de disparaître dans les airs, tournaient leurs regards intensément chargés d’espoir vers les hauteurs de a forêt. Tout leur corps vague lançait un ultime éclaire comme une chandelle sur le point de mourir et disparaissait aussitôt. »

 

Le Poisson a aimé, ils vont aimer aussi

Le Cancer qui aime tant les contes et les légendes

Le Cancer, parce cette histoire de genèse, cette histoire d’enfantement est tellement en résonance avec la symbolique de ce signe. Parce que ce petit garçon si proche de sa grand-mère, doté d’une mission de transmission matriarcale est tellement Cancer. Parce qu’il est le prolongement d’une filiation et va au bout de sa mission. Son fil handicapé reprendra le flambeau en lien avec la mère du narrateur.

Scorpion, parce que le personnage du Destructeur est tellement Plutonien !

L’un des personnages principaux de l’histoire, père fondateur du village et baptisé le Destructeur, est un personnage  100 %Plutonien. Pluton, planète du Scorpion, est le Dieu qui connait les secrets du monde de la mort et comme celui de la vie, un Dieu qui incarne le cycle de la vie avec ses morts et ses renaissances. Tous les épisodes de transformations, de destructions et de renaissance du village parleront intiment à l’âme du Scorpion.