Le site de référence de l'astrologie et de la mode











Le Poche du Samedi ! Sur la table du chevet du Capricorne


La fin de l'homme rouge (Babel)

La fin de l’homme Rouge, Svetlana Alexiervitch, Actes Sud/Babel 12 €

Le Pitch

Pendant plus de 20 ans, Svetlana Alexievitch prix Nobel de Littérature en 2015, a recueillis les témoignages de l’homme Russe, je devrais dire Soviétique ordinaire. De la grande Guerre en passant par la Tchétchénie, l’Afganistan, le putsh de 1991, les langues se délient, les coeurs saignent, les âmes pleurent, la colère fuse, le désespoir prospère, l’espoir surgit parfois, ces mille et unes voix sont autant de messages terribles et puissants sur un moment d’histoire implacable. Une expérience historique qui a totalement reformaté un peuple, l’a canalisé et cornaqué autour d’une idéologie tellement puissante qu’au delà des souffrances et de l’inacceptable, le grand changement de la Petrestroika n’a pas réussi à guérir les plaies bien au contraire. Ames sensibles prudence, on sort de cette lecture épuisée, bouleversée, bousculée, secouée dans ces certitudes avec le sentiment que l’on ne peut pas comprendre la Russie actuelle sans se plonger dans ses témoignages bouleversants et parfois insoutenables. On trouvera au fil de ces pages des histoires d’amour, des mères déchirées et cassées, des enfants abîmés à jamais, de la violence domestique, les ravages de la guerre, de la peur, des staliniens,  des jeunes qui relèvent le gant, bref une mosaïque d’humanité poignante et complexe. Ce livre est un chef d’oeuvre, qui ne vous épargne absolument rien, qui vous prend aux tripes et qu’il est impossible de lâcher malgré sa noirceur.

« J’écris, je ramasse brin par brin, miette par miette, l’histoire du socialisme « domestique » (…). La façon dont il vivait dans l’âme des gens » extrait de la préface.

 Les Symboles Capricorne

Il m’ a été bien difficile d’attribuer un signe à ce livre, tant il couvre l’ensemble des visages de l’humanité. J’ai finalement choisis le Capricorne, car c’est le signe de la limite, de l’autorité, d’une forme de pouvoir qui, poussé dans ses derniers retranchements, peut basculer dans la tyrranie. Staline était ascendant Capricorne. Il y a une forme de jusqu’au boutisme dans le Capricorne quand il dérape.  Quand il accentue les effets pervers de Saturne sa planète. Quand, celle ci se recroqueville dans son sanctuaire, quand elle ne supporte pas d’être remise en question, quand elle joue son rôle de censeur au maximum. Dans la mythologie, avant de revêtir les habits de sagesse, Saturne dévore ses enfants, car un oracle lui a prédit que l’un d’entre eux, lui prendrait son pouvoir. Cette avidité de pouvoir du jeune Saturne, prêt à séquestrer en son sein sa progéniture, pour garder sa position dominante, rappelle la dérive du pouvoir soviétique. Un pouvoir qui dévorait tous le monde, du plus petit ou plus grand, pour rien, par prévention, sans raison, par jalousie, pouvoir et mesquinerie. Evidemment, nous décrivons ici, l’image pathologique du Capricorne, mais ce livre décrit un régime pathologique qui a dévoré tout ses enfants.

L’extrait tellement Capricorne

« Il savait qu’il avait dénoncé. Un garçon qui faisait partie du même club qui lui à la Maison des Pionniers. Il avait écrit une lettre, ou bien on l’avait obligé à le faire, disant que Gelb insultait le camarade Staline et prenait la défense que son père, un « ennemi du peuple ». Le juge d’instruction lui avait montré une lettre pendant un interrogatoire. Et toute sa vie, Gleb a eu peur que … que son dénonciateur apprenne qu’il était au courant… Lorsqu’on lui avait dit que cet homme avait eu un enfant anormal, il avait été bouleversé : et si c’était un châtiment ?  »

Le Capricorne a aimé, ils vont aimer aussi

Le Scorpion, parce l’ombre de Pluton règne à toutes les pages

Le Scorpion sera pris aux tripes par ce livre, car son atmosphère mortifère de lui parle vraiment. Il comprend instinctivement la noirceur de l’âme de humaine, tout comme il est capable de faire surgir la lumière au plus profond du désespoir.  Sa lucidité Plutonienne éclaire son esprit et lui permet d’entendre cette souffrance.

Le Sagittaire, parce il place l’Humain au dessus de tout

L’optimisme, la bienveillance et l’idéalisme du Sagittaire seront fortement ébranlés après cette lecture éprouvante. Et pourtant, le Sagittaire aime se confronter à toutes les facettes de l’humain, pour en tirer une philosophie, une connaissance, un espoir. Il aimera la valeur historique, sociologique et anthropologique de cet ouvrage inclassable naviguant entre littérature, journalisme et récit historique.